Les unités de mesure chez les Duala du Cameroun

Les unités de mesure chez les Duala du Cameroun

Source: La philosophie africaine de la période pharaonique 2780-330 avant notre ère.
Theophile Obenga, édition l´Harmattan, 1990 p. 388-389

« Voici quelques éléments de la métrologie des Duala du Cameroun
oriental et occidental, au fond de l´immense estuaire formé par les
embouchures des fleuves Mongo, Wouri et Dibamba »

Mesure de longueur :

- Bwangá, pl. Myangá : équivalent à peu près à la brasse ou à la toise.
Brasse environ 1,83 m ; toise ancienne mesure francaise de longueur, valant 1,949 m ;

- Dibóngó : la coudée, environ 50 cm.
- Mbengilan : environ deux yards (yard, mesure de longueur anglo-saxonne, valant 0,914 m).
- Nganda : ancienne mesure ; ngand´a dia, espace formé par l´index et le médius.
- Esúngu : mesure de longueur valant environ 2 m.
- Mutumbá : mesure de longueur, valant 4 à 6 Besúngu (pl. de Esúngu).
- Eboa : un bambou avec deux ou trois trous, servant de mesure pour la longueur des nattes.
- Jongea lá ngonjá : une mesure pour la longueur des nattes.
- Núme lá ngonjá : une autre mesure pour la longueur des nattes.

Mesure de poids :

- Njalé, njale : une mesure de poids correspondant à l´enclume.
- Yóm’ a pôsô : une mesure de valeur pour l´achat de marchandises.

Mesure de capacité :

- Esukú : une mesure de capacité equivalant  à la moitié.
- Mbom : une mesure de capacité, lónda mbom (remplir la mesure).
- Mukuta : Le sac, pour mesurer les palmistes.
- Dikao : anciene mesure de capacité pour l´huile de palme.
- Kudukenge : une mesure de capacité ; kudukeng’ a múla, une mesure d’huile valant environ 2 à 3 litres.
- Njusú : une mesure de capacité (récipients) ; njusú a múla, une mesure d’huile.
- Esóngó : une feuille roulée en forme d’entonnoir : Esóngó a diá, une mesure (ce qu’on peut tenir au bout des cinq doigts).
- Nkulan : une ancienne mesure de liquide valant environ 18 litres.

«  tous ces termes ne sont pas des emprunts faits à des longueurs étrangères (portugais, anglais, allemands, francais, etc.). Ce sont des lexèmes authentiques, propres au terroir Duala. Cependant il y a des emprunts comme :

- Keki : mesure de capacité, valant environ une caisse de pétrole d’autrefois, vient de l’anglais keg (tonnelet).
- Etólóki : emprunt fait à l’Efik du Nigeria etuotok, c´est également une ancienne mesure de capacité. 2 mbom ~1 etólóki (aussi etótóki ou etróki) ».

Mesurer, c’est essentiellement comparer (le poides, la longueur, la capacité, etc.). Aussi la langue Duala a-t-elle : mene, men (mesurer, comparer) ; dimene (la mesure, le poids, la comparaison) ; emenen (la balance, la mesure)