NGONDO 2009 «Nginy’a mulema»

1-Ngondo 2009 avec une chandelle de Paul Biya

La fête s’annonce plus belle cette année avec la restitution au peuple sawa du site querellé de Besséké qui a fait au mois d’août dernier l’objet d’une marche pacifique et d’un rite mystico-réligieux à la vallée de l’ancienne gare de Douala. En reconnaissance de la décision prise par le président de la République Paul Biya, le Ngondo a tenu une assemblée générale extraordinaire au parc des princes de Koumassi le 31 octobre dernier. Près de 5000 personnes dans leur chatoyante tenue traditionnelle ont pris part à cette assise convoquée par le président en exercice, le prince René Douala Bell, entouré de tous ses pairs.

Dans son propos, le prince a déclaré avec enthousiasme que «  ce n’est pas souvent qu’il nous est donné de recevoir une bonne nouvelle ici chez nous. » En décidant de restituer au Ngondo le site de Besséké, «  le chef de l’Etat S.E. Paul Biya a, une fois de plus manifesté sa constante sollicitude à l’endroit du peuple sawa. ». Mais a-t-il encore souligné, « la rétrocession de ce terrain ne doit pas occulter les graves problèmes fonciers que nous connaissons ici à Douala et pour lesquels nous devons pouvoir compter toujours sur le chef de l’Etat ».

Maintenant le challenge reste entier. Le Ngond’a sawa doit désormais mettre les bouchées doubles pour construire un complexe devant abriter son siège, et un parc d’attractions. Aussi, toutes les forces vives sawa sont appelées à mettre profondément la main à la poche, toutes les intelligences sont sollicitées pour rassembler leurs contributions de toute nature nécessaires à l’édification de ce complexe. Ce n’est pas aux Sawa qu’on apprendrait les vertus de l’union sacrée (dia nongo dia nongo a sima loisanè bwala ba pai). Autrement dit, la vélocité d’une pirogue est fonction de la force des bras de ses rameurs. Les premières contributions sont d’ores et déjà annoncées. Les Sawa du Canada qui ont invité le Ngondo sur les berges du Saint-Laurent à Montréal il y a quelques mois promettent de faire parvenir leurs contributions. La question qui brûle les lèvres depuis quelques jours est de savoir à quand le premier coup de pioche ? Le défi est d’importance.

Pour le secrétaire général de l’auguste institution traditionnelle, le prince Mony Mony Akwa II, « nous avons l’habitude des défis. Nous relèverons celui-là aussi ». Quand on sait que le thème du Ngondo 2009 c’est « la puissance du courage », il s’agit là d’une forte interpellation en direction de toutes les filles et de tous les fils Sawa.

2-D’une fête à une autre

C’est par des manifestations de ce genre que se mesure le bilan du Ngondo d’une année à l’autre. Car le Ngondo, contrairement à ce qu’en pensent certains, ce n’est pas seulement ces réjouissances populaires que des fêtards confondent souvent avec désordre et libertinage. La restructuration de cette institution intervenue depuis 2001 a mis en place des départements qui font un travail en profondeur pour dépoussiérer ses missions d’antan.

Au cours d’un entretien entre le secrétaire général du Ngondo et Le Messager, Le prince Mony Mony Akwa II fait savoir que d’une année à l’autre, soit entre deux fêtes, le Ngondo se livre à un travail d’abeille. C’est ainsi que depuis 2007, il a signé des conventions de partenariat avec d’autres institutions. Nous ne reviendrons pas sur celles déjà passées avec la Communauté urbaine et l’Université de Douala. Celles passées avec des entreprises industrielles et commerciales présentes à Douala, permettent tous les ans d’accorder un soutien appréciable à la promotion d’une saine émulation au sein de la jeunesse. En primant ceux des jeunes qui se distinguent lors des manifestations sportives et culturelles diverses. Par leurs performances scolaires aussi. Ce qui attire la jeunesse en plus grand nombre aux différents jeux et concours organisés par le Ngondo, à s’intéresser à la culture de leur terroir et à s’adonner à l’effort intellectuel.

Toujours dans le cadre de ces conventions, un pacte d’amitié a été conclu avec la ville de Brive-la-Gaillarde en France dont la délégation a assisté au Ngondo 2008. Le député maire de Brive-la-Gaillarde est attendu à Douala dans les tout prochains jours pour la mutation de ce pacte d’amitié en partenariat économique.

Si le port du sanja (le pagne pour les hommes) et du kaba (pour les femmes) a cessé d’être d’un mode éculé aussi bien par l’élite que pour la jeunesse, cela relève d’une prise de conscience insufflée par le Ngondo aux différentes communautés sawa. On lui doit aussi le retour sans gêne à la cuisine de ces jeunes femmes qui avaient tendance à considérer l’art culinaire comme activité réservée aux analphabètes. Sur ces deux chapitres notamment, le département des jeunes et celui des femmes se déploient au fil des ans pour amener les uns et les autres à s’abreuver à la source de la richesse culturelle sawa mais aussi de s’arrimer à la culture moderne. A cet effet, le département des femmes a monté une bibliothèque. Elle ambitionne de la transformer à court terme en médiathèque.

Tout ceci nécessite d’importants investissements. Et Mme Palestine Mpondo et ses camarades multiplient des contacts. Aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur pour doter l’actuelle salle de lecture de quelques ordinateurs.

3-Des innovations au programme

En attendant de réaliser ces louables objectifs, femmes et jeunes, avec la bénédiction des patriarches aujourd’hui conduits par le vénérable Dr Barla Moukoko s’arment de la « puissance du courage », thème du Ngondo 2009, pour aller à la conquête de nouveaux lauriers. La caravane qui part de Bonabéri (canton Bellé Bellé) ce samedi 7 novembre achève sa ronde des cantons le 6 décembre à la base Elf où Miss Ngondo 2009 et les champions de lutte traditionnelle des différentes catégories seront présentés au grand public et des invités d’honneur du Ngondo rassemblés à la lisière des cantons Deido et Akwa.

C’est déjà le branle-bas dans les différents villages du département du Wouri. Les répétitions et entraînements sont rudes car au fil des ans le cercle des candidats et candidates s’élargit, chacune et chacun met un point d’honneur à occuper le podium n°1 au soir des grandes finales. Il faut aussi signaler qu’une course cycliste figure au programme de cette année. Elle est baptisée « critérium de la propreté », tandis que le carnaval du Ngondo sera à sa deuxième édition. Au Mukanda, l’actuel siège de l’institution, les membres de l’Etat major siègent sans discontinuer à longueur de journée pour un happy end le 6 décembre